Leboncoin : l’arnaque à la tondeuse

Exaspéré par les escroqueries et par le laisser-faire du site de petites annonces, un riverain a fait semblant de se faire pigeonner pour témoigner.

Le Bon Coin est justement un bon coin pour les escrocs. Pour le vérifier, j’ai choisi de répondre à une annonce douteuse sur le site. Un tracteur tondeuse qui ne pouvait qu’être une arnaque. Moins d’une heure après, bingo : c’était le cas.

« Tondeuse auto-portée Viking + remorque », état neuf, achetée trois mois plus tôt pour 1 000 euros et vendue par un certain « André ». Il dit habiter au code postal 19 000 (Tulle, Corrèze) et laisse son numéro. Etrange : une simple recherche sur Internet nous informe que neuf, l’ensemble vaut trois fois plus cher : plus de 3 500 euros.

Je prends contact avec le vendeur. Moins d’une heure après, celui qui prétend s’appeler André Patrick m’explique dans un très mauvais français qu’il déménage et doit donc se séparer de la machine. Il joint deux photos (piquées sur une annonce eBay). N’étant pas là, c’est son cousin qui s’occupe de la suite de notre affaire.


Le Corrézien envoie son e-mail du Bénin

Une vérification des en-têtes dans la source du mail confirme déjà mes doutes : ce prétendu Corrézien envoie son mail depuis une adresse IP au Bénin. L’escroc demande mes coordonnées afin de me livrer d’urgence : je lui donne un nom bidon, mon numéro et l’adresse de la gendarmerie locale, au cas où il se déplace quand même.

Quatre heures plus tard, nouveau mail. On m’informe que je serai livré le lendemain et que je devrai réunir dès ce soir la somme en liquide. Le lendemain vers 13 heures, coup de fil du cousin transporteur avec un fort accent : il me dit qu’il arrive vers 17 heures.

Je reçois son courriel (posté de nouveau du Bénin). Il me confirme la livraison :

« Je n’accepte pas la liquidité pour mes livraisons car j’ai été victime de braquages et de faux billets. [...] Je procède par chèque de La Poste (mandat cash urgent) que vous allez établir au nom du propriétaire de la tondeuse (M. Patrick André) et que vous allez me donner à la livraison en échange de la machine. Au cas où la tondeuse ne vous conviendrait pas, vous retournez encore à La Poste retirer vos 1 000 euros avec votre reçu du mandat sans payer aucun frais. »


Le code du mandat cash

Tondeuse rouge avec bac de récupérationLe mandat cash urgent est limité à 1 500 euros. Une fois rempli à La Poste, l’argent est instantanément disponible et peut être retiré dans n’importe quel bureau de poste avec une pièce d’identité et le numéro confidentiel du mandat. Toute l’astuce va consister à me soutirer ce numéro sans que je m’en doute.

Nouvel e-mail de M. Patrick :

« Compte tenu de mon indisponibilité, le paiement se fera sur les coordonnées de mon conseiller financier. »

Ce dernier viendra donc récupérer l’argent à La Poste avec ses (faux ?) papiers. Nouveau mail :

« Ne précisez pas à l’agent de La Poste que c’est pour un achat si non elle vous taxera [...] jusqu’à 288,75 euros [...], mais que vous effectuez l’envoi pour un ami. »

Mieux vaut rester discret, apparemment. Peu avant 15 heures, heure à laquelle je suis censé me rendre à La Poste, le transporteur me rappelle : il m’explique à son tour comment faire le mandat et insiste beaucoup pour que je dise que c’est pour un ami. Sa voix est très directive, presque autoritaire. J’ai beau jouer la comédie, j’aurais presque peur.

Trente minutes après, nouvel appel. Et nouveau mail : il contient un lien vers un faux site de La Poste, censé vérifier le mandat avec un formulaire où il faut noter… le numéro confidentiel (soi-disant masqué). J’entre un faux, le site me dit que le mandat n’existe pas. Toujours est-il que l’escroc, ainsi, le connaît.


« Vous n’êtes plus intéressé ? »

Inquiet de ne rien avoir reçu, le transporteur me rappelle. Il doute de mon honnêteté (on aura tout vu !) et devient agressif. Je lui dis que c’est un escroc : la conversation s’arrête là.

Le soir, je reçois un dernier mail du Bénin de M. Patrick, pas dégonflé :

« Votre silence explique bien que vous n’êtes plus intéressé ? »

Le lendemain, je retente avec une annonce d’un tracteur bradé : je reçois un e-mail comme celui de la tondeuse. Bonne pioche. Je décide d’envoyer un message au Bon Coin pour faire supprimer l’annonce. Réponse laconique :

« Après relecture de l’annonce, celle-ci semble effectivement douteuse ou ne pas correspondre à nos règles de diffusion. Nous allons donc la retirer du site. »

LeBonCoin.fr est devenu en cinq ans le site de la petite annonce et le complice passif des escrocs en tout genre. La validation est automatique, au mieux restreinte. Alors qu’une simple vérification du prix, de l’IP (comparée au code postal) ou un recoupement des coordonnées suffirait à éviter bien des arnaques. Car mon « M. Patrick » qui vendait une tondeuse à Tulle bradait aussi une voiture dans la Meuse et une moto à Paris.


La réponse du bon coin

« Objet : Hypnotize women into bed

Ce matin, comme tous les matins, je me suis connecté à ma boîte email pour relever les derniers messages que j’avais reçus. Comme beaucoup d’internautes français, j’utilise pour cela les services proposés gratuitement par un des fournisseurs de messagerie électronique du marché.

Ce matin, comme tous les matins, au milieu des messages envoyés par mes connaissances, je trouve un message intitulé “ hypnotize women into bed ” vantant les mérites d’une petite pilule bleue et écrit dans une langue très approximative.

Ce matin, comme tous les matins, je me dis que décidément les spammeurs de tous poils ne manquent pas d’imagination pour essayer de me faire tomber dans le panneau et pour encore arriver à passer à travers les filtres mis en place depuis tant d’années par les fournisseurs de messagerie gratuite.

Ce matin, comme tous les matins et comme beaucoup d’internautes, j’apporte ma pierre à la lutte contre ce type de pollution électronique en signalant à mon fournisseur de messagerie gratuite que le message vantant les mérites d’une petite pilule bleue est un spam. Par ce geste simple, je fais en sorte que l’ensemble des internautes bénéficient d’un filtre supplémentaire et soient un petit peu moins dérangés par des messages non sollicités.

Ce matin, comme tous les matins, je n’ai pas l’impression que mon fournisseur de messagerie gratuite est, pour reprendre des mots utilisés dans votre article portant sur un sujet similaire, “ le complice passif des escrocs en tout genre ”.

Le métier d’éditeur de site de petites annonces s’apparente sur bien des aspects à celui de fournisseur de messagerie électronique. Il consiste à proposer un service gratuit, grand public, simple d’accès, qui gère des volumes de données très importants. Au même titre qu’une messagerie électronique, un site de petites annonces est un service de proximité et du quotidien.

Au même titre qu’un fournisseur de messagerie électronique, l’éditeur d’un site de petites annonces développe chaque jour des filtres toujours plus élaborés pour bloquer les scammeurs et spammeurs en tout genre et met à la disposition de ses utilisateurs un outil pour signaler des contenus abusifs et jour après jour garantir la qualité des contenus proposés sur le site.

J’aurais été ravi de pouvoir parler avec votre journaliste d’un sujet aussi subtil et de lui confirmer que les filtres basiques qu’il propose comme solutions ont été depuis bien longtemps mis en place. J’aurais été ravi de lui parler de la centaine de personnes qui chaque jour relisent les annonces avant qu’elles ne soient diffusées sur le site. J’aurais été ravi de lui parler de notre collaboration avec les marques de luxe pour lutter contre la contrefaçon.

Malheureusement, l’article a été publié avant que vous ne preniez le temps de vérifier ce que nous faisions réellement. De là à nous accuser d’être “ le complice passif des escrocs en tout genre ” il y a sans doute de la précipitation que je mettrais sur le compte de la nécessité que vous aviez de publier en urgence une information aussi importante dans un contexte où l’actualité économique est ces derniers jours, il est vrai, relativement pauvre. La modération des contenus et des propos est définitivement l’affaire de tous. »

Olivier Aizac, directeur général.

/***
VN:F [1.9.20_1166]
Noter cet article
Note: 7.5/10 (10 votes enregistré)
VN:F [1.9.20_1166]
J'aime: 0 (4 votes)
Leboncoin : l'arnaque à la tondeuse, 7.5 out of 10 based on 10 ratings

Vous aimerez surement :

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>